Confinement : la résilience par le streaming

A l’instar de Tryo, avec le livestreming de son concert anniversaire au milieu d’un AccordHotel Arena entièrement vide, les artistes font montre d’une forme de résilience spontanée.

Il nous reste encore un peu d’électricité et des infrastructures de télécommunication qui ne se sont pas effondrées avec le coronavirus (contrairement à la Bourse), pour continuer à vivre, à échanger, à être ensemble, et à conjurer le confinement auquel nous sommes contraints.

Il n’a pas fallu longtemps à de nombreux artistes et autres acteurs de la culture pour faire montre d’une certaine forme de résilience spontanée, à l’instar du groupe français Tryo, qui a donné le concert de son 25ième anniversaire sur une scène perdue au milieu d’un AccordHotel Arena entièrement vide, malgré son annulation forcée, et décidé de le diffuser en direct sur Internet, le 13 mars 2020 à 20 heures.

La captation vidéo (ci-dessus) affiche 42 500 vues sur Youtube quelques jours après le livestream. Pas mal pour un concert dont la jauge maximale était de l’ordre de 20 000 spectateurs. Sa fixation deviendra certainement un des marqueurs émotionnels et symboliques des temps troublés que nous traversons.

En fin de semaine dernière, le Rockpalast Crossroads Festival, à Bonn (Allemagne), retransmettait sur Internet le concert donné malgré son annulation, devant zéro public, par la french blues rockeuse Laura Cox et son band, qui ont envoyé la sauce en direct sur Facebook pendant près d’une heure et quart, devant deux cameramans et une poignée de techniciens.

De nombreuses initiatives similaires voient le jour. Le 16 mars à 20 h 30, Chris Martin, chanteur de Coldplay, annonçait sur Twitter qu’il s’apprêtait à donner un mini-concert au piano depuis chez lui, en direct sur Instagram. Le premier d’un série lancée par l’ONG Global Citizen et l’OMS (Organisation mondiale de la santé), “Together At Home”, qui doit se poursuivre aujourd’hui avec un livestream du songwriter américain John Legend.

En Suisse, les organisateurs du festival m4music, qui devait se tenir du 19 au 21 mars prochains, ont annoncé qu’il aurait lieu en ligne dans une version 2.0 aménagée. Le livestream, qui durera cinq heures, comprendra des showcases d’artistes, des tables rondes (dont une consacrée à la manière de dealer avec la crise du coronavirus), et une cérémonie de remise de prix.

Dans un autre registre, le chef d'orchestre hongrois Ivan Fischer a annoncé hier dans une courte vidéo qu'il diffusera gratuitement sur Facebook une série de concerts symphoniques : des représentations nocturnes baptisées "Soirées de quarantaine", dont un concert de l'Orchestre du Festival de Budapest.

Pour garder le contact avec le public, les musiciens du Philharmonique de Hong Kong enregistrent de courtes vidéos (instants musicaux, messages…) qu’ils partagent sur les réseaux sociaux. “Nous nous sentons tellement isolés. Mais nous savons que le public veut entendre parler de nous", confie au South China Morning Post le clarinettiste principal Andrew Simon, qui se montre satisfait des premières réactions positives reçues.

Le site américain GigsGuide, qui référence les concerts diffusés en direct sur Internet, a ouvert une section dédiée aux shows virtuels délivrés pendant la période de confinement. “Ce n'est pas parce que nous ne pouvons pas voyager ou aller aux concerts en ce moment que nous ne pouvons pas encore profiter de la bonne musique ensemble”, indique t-il.

En France, le webzine musical Le Cargo, dont la chaîne Youtube permet de voir ou revoir près de 1000 sessions acoustiques d’artistes réalisées depuis sa création, propose aux artistes de relayer la diffusion, dans une série baptisée “Confinement sessions”, de leur propre session Cargo enregistrée à la maison.

La musique n’est pas la seule à faire acte de résilience. A Montréal (Québec), le Festival international du film sur l’art (FIFA), qui devait se tenir du 17 au 19 mars, a décidé de mettre tous les films de sa sélection à disposition sur Vimeo pendant ces deux jours. “Quand on a appris qu’il fallait annuler la tenue du festival, on a vite pensé à un plan B. Pour moi, ce n’était pas une option de baisser les bras et de ne rien faire”, a déclaré son directeur général Philippe Del Drago à La Presse canadienne.

N’hésitez pas à poster des liens relayant de semblables initiatives dans les commentaires.